• Pour mieux comprendre les différences hommes / femmes, et mieux communiquer et vivre ensemble

    En prime vous recevrez le guide gratuit "10 différences entre Hommes et Femmes". Inscrivez-vous ci-dessus. Je hais les spams : votre email ne sera jamais cédé, ni revendu.

De quel conditionnement souffrez-vous ? (le conditionnement social)

Conditionnement socialDans cet article (le troisième épisode de ma série sur le conditionnement) je vais un peu démonter le conditionnement social (oui j’annonce la couleur), c’est pourquoi je commence par dire que certaines choses inculquées par ce conditionnement sont quand même utiles, comme savoir qu’un serpent c’est dangereux, qu’il faut se méfier des inconnus, et que les extraterrestres pas grand monde en a vu.

Prêt, j’attaque ?

Non, pas encore il faut un peu plus de patience 😉

Si avant vous voulez lire ce que j’ai écrit sur (la première partie) le conditionnement classique (le chien de Pavlov) ou sur le conditionnement opérant (la deuxième partie).

 

Ma définition du conditionnement social

Alors le conditionnement qu’est-ce que c’est ?

Pour moi c’est un état où l’on subit une influence qui nous fait faire ou penser des choses automatiquement et sans réfléchir.

Ensuite qu’en est-il du côté social ?

Pour moi ce côté est en lien avec la pyramide de Maslow et le niveau social (étage 3 de mon explication). En gros qui dit que nous avons un besoin fondamental d’appartenir à un groupe, à une communauté, tout comme nos cousins les animaux.

En gros ce sont les dires, les apprentissages issus, de notre éducation, de l’école, de nos amis, de notre famille, etc.

 

Pour moi il existe deux types de conditionnement social

  • Le côté « Développant », nous permet d’aller de l’avant
    • Savoir que quelque chose est dangereux permet d’accroitre son espérance de vie
    • Savoir que l’on peut nager (après apprentissage bien sûr) permet d’augmenter son périmètre d’exploration
    • Savoir ce que l’on peut manger ou ne peut pas manger permet de gagner du temps quand on choisit ses aliments

 

  • A l’opposé le côté « Limitant » et pour moi beaucoup basé sur des croyances enseignées qui en fait sont fausses :
    • Nous n’utilisons que 10% de notre cerveau (cool on peut donc nous en retirer 90% alors, non ?)
    • Les filles sont toutes de petites choses fragiles (n’est-ce pas ?)
    • Si on né dans une famille défavorisée on restera toujours dans le même milieu (vrai pour ceux qui en restent convaincus)
    • Les produits les plus chers au supermarché sont ceux de meilleure qualité et les moins chers de moins bonne qualité (dixit M. Marketing)
    • Réussir en affaires ou en immobilier nécessite beaucoup d’argent avant de commencer (si c’était vraiment le cas aucun nouveau riche n’apparaitrait et nous n’aurions que des familles riches depuis des générations)
    • Gagner de l’argent c’est mal (dans ce cas-là arrêtons de travailler et créons des communautés indépendantes et autosuffisantes)

 

Une fois n’est pas coutume ici je viens de classer dans une boîte noire ou une boîte blanche, moi qui dis que tout est nuance de gris 🙁 .

 

Maintenant venons-en au fait, annoncé par le titre de l’article.

Les différentes origines potentielles du conditionnement social limitant pour nous :

  • La famille misogyne : « ma fille tu ne seras rien » (en opposition à Mon fils tu feras de grandes choses, médecin, avocat ou ingénieur comme le reste de la famille)
  • La famille sur protectrice : « Non ne crée pas ton entreprise c’est trop de risque et trop de travail »
  • Les amis qui descendent les idées nouvelles qui ne sont pas en phase avec leurs habitudes ou ce qu’ils connaissent, par contre s’ils ont vu quelqu’un à la télé en parler, oui c’est une très bonne idée
  • Compagne / compagnon qui cherche la sécurité du foyer, quitte à ne pas prendre le risque de mieux réussir et donc de ne pas améliorer les conditions du foyer
  • Les études, par exemple dans certaines écoles d’ingénieurs des étudiants sortent et croient être les meilleurs. Certains restent dans cette lancée et y arrivent, et d’autres déchantent vite car ce n’est pas une école qui fait les meilleurs, mais elle donne un bon réseau je le reconnais
  • La publicité qui nous dit comment il faut vivre : consommer, consommer, cosommer, et puis après ? Ah oui mourir, après avoir fait des enfants qui vont prendre la relève bien sûr
  • Auto conditionnement : « Je ne vais pas y arriver, je ne saurais jamais le faire » ce qui est en effet la meilleure façon de se programmer pour échouer
  • Les contes de fées avec les princesses : la princesse qui n’est rien sans son prince charmant (beau, fort, bien éduqué, gentil, courtois, etc.) et qui attend ce prince parfois durant des années pour enfin se réaliser et accomplir le but de sa vie, avoir des petits princes et princesses. Ok, mais que devient la princesse quand les enfants sont grands et sont partis du château conjugal ? Curieux, ils n’en parlent pas dans les contes de fées. Allez comprendre.
  • Les super héros : ce sont des justiciers à l’image du prince charmant ou de superman, qui sont là pour résoudre les problèmes de la princesse qu’il s’agisse de la sauver, de tuer un dragon ou de trouver le dernier paquet de couches au supermarché qui ferme dans 15 minutes. Nickel, du coup le super héro cherche même à résoudre les problèmes qui n’existent pas. Et trouve même des problèmes fictifs à résoudre en discutant avec sa chère et tendre (ouh ça va s’engueuler sous peu dans le ménage).

 

Nous utilisons souvent en première réaction le déni qui consiste à rejeter les idées qui ne collent pas avec ce que l’on nous a inculqué (cf. les différentes origines du conditionnement social, en gros les lignes juste au-dessus). Même si la vérité toute nue est face à nous et nous invite d’une manière des plus courtoises et innocentes. Et bien on va lui claquer la porte au nez et choisir une autre option. Et oui c’est ça le déni 🙂 .

 

La magie du non-conditionnement, l’innocence

Qui est le moins conditionné : un jeune enfant. Puis plus il va avancer dans la vie et plus il sera conditionné. Après il a un joker qui va lui permettre de moins l’être, c’est de regarder la vie avec un regard critique pour comprendre et ne pas tout prendre comme une vérité absolue. Ce sont les types de personnes que j’ai croisées comme étant les moins conditionnées : les enfants, et les personnes avec un esprit critique et constructif (attention ce mot à deux sens, encore lié au conditionnement social on pense tout de suite à la critique négative « avoir la critique facile », alors qu’elle a aussi une facette constructive et positive).

 

La source de conditionnement social la plus pernicieuse pour moi

C’est le conditionnement de la famille / éducation, qui est ancrée en nous depuis notre très jeune âge et fatalement plus profondément. Attention, je ne dis pas qu’il faut rejeter toute notre éducation, je parle juste des aspects erronés transmis de génération en génération. Au début on ne voit pas toujours un problème, mais plus le temps passe et plus on commence à sentir les problèmes installés depuis longtemps car nous voyons leurs conséquences comme de plus en plus manifestes.

 

Comment se libérer du conditionnement social ?

Bonne nouvelle, rien n’est perdu, il est possible de s’en libérer (au moins partiellement), mais il faut le vouloir. Réellement le vouloir. Car si vous continuez à tout faire de la même façon, à avoir les mêmes activités, faire les mêmes choses avec les mêmes amis, le conditionnement social va se renforcer (avec la même recette, on fait le même plat, non ?). Mais si l’on veut s’en sortir, il faut casser ses habitudes. On peut par exemple ne plus regarder la télé pour laisser la place à d’autres activités. Je vois tout de suite la réaction de beaucoup de gens, car personnellement je n’ai pas la télé car je n’en veux plus depuis plusieurs années. Au début j’étais un cas très isolé (maintenant de plus en plus arrêtent) et les gens me disait spontanément et d’un air désemparé « mais tu fais quoi le soir ? ». La bonne réponse est « que fais-tu quand tu ne regardes pas la télé ? ». Bref, tout cela pour dire que si l’on veut s’en libérer, il faut le vouloir, changer certaines de ses habitudes et commencer à avoir un œil critique sur tout, même sur ce que l’on tient pour acquis. Mais je sais pertinemment que peu de personnes font ou feront ce chemin. Ainsi soit-il ça me va, mon but n’est pas de vous changer, juste vous informer.

 

Epilogue

Pour résumer, le conditionnement social est hérité de notre environnement (famille, amis, enseignants, collègues de boulot, publicité, etc.). Certaines conséquences sont positives, et d’autres sont néfastes. Si nous voulons changer certains aspects de ce conditionnement, c’est possible mais il faudra s’armer de volonté, de patience et changer certaines de ses habitudes. Ceci clos de troisième et dernier volume sur le conditionnement social.

 

Vous pouvez jeter un œil à la première partie sur le conditionnement classique (le chien de Pavlov) ou la deuxième partie sur le conditionnement opérant.

 

Dîtes moi en commentaire qui a déjà entrepris de changer certains aspects de sa vie acquis par le conditionnement social, même si cela vient à faire différemment des autres.

Partagez sur les réseaux sociaux.

Share Button
Pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Salut,

    Outre ton super article, le faite de « Partager sur les réseau sociaux » n’est pas un paradoxe du message que tu veux faire passer ?

    • Salut, en lisant ton commentaire je me suis arrêté deux secondes en me disant « touché » 🙂
      Puis j’ai relu mon article. Le fait de partager, surtout s’il est beaucoup partagé c’est ce que l’on appelle « la preuve sociale » : « beaucoup partagent donc ce doit être bien ». Mais comme je dis qu’il faut avoir le sens critique, ouf je retombe sur mes pattes, car je dis à chacun de se faire sa propre opinion 🙂
      Par contre sur les autres articles, je créerai encore plus de preuve sociale en mettant des pouces à la youtube.
      Bonne remarque qui m’a fait réfléchir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Pour mieux comprendre les différences hommes / femmes, et mieux communiquer et vivre ensemble

    En prime vous recevrez le guide gratuit "10 différences entre Hommes et Femmes". Inscrivez-vous ci-dessus. Je hais les spams : votre email ne sera jamais cédé, ni revendu.

    Dernière mise à jour faite le 03-06-2015.